Jimmy BIBRAC

Chef cuisinier

« O z’épices » – Guadeloupe
Restaurant ouvert depuis décembre 2011

 

Spécialités :

   Produits de la mer, produits régionaux

Son concept :

   « Valoriser et promouvoir les produits du terroir guadeloupéen, par une cuisine créole gastronomique et inventive. En y mêlant épices et plantes aromatiques. »

Portrait :

Depuis son enfance, Jimmy BIBRAC aime cuisiner. Cette passion lui vient de sa famille. Son père était exploitant agricole et lui a transmis la culture des bons produits locaux. Aujourd’hui, il en fait un atout majeur, et le partage dans son restaurant, il tient particulièrement à travailler les produits de saison et promeut à travers ses plats ; les épices, et plantes locales comme « alicament » pour leurs vertus.
Aussi, plusieurs distinctions lui ont permis de mettre en avant sa cuisine, notamment:
  • en Octobre 2012 – Vainqueur de « Terroir et saveurs
    » avec la collaboration de
    l’association française des Maîtres restaurateurs
  • en Décembre 2013 – Vainqueur du « concours Talents
    Gourmands » catégorie
    restaurateur ; concours national organisé par le guide gastronomique Bottin Gourmand
Nouvelle étape, en juillet 2014, il est le parrain du 6ème festival international de la gastronomie traditionnelle de la Guadeloupe.
En septembre 2014, il a l’occasion de côtoyer et de partager la cuisine gastronomique de Xavier Isabal, maitre restaurateur, chef étoilé dans le sud de la France, ainsi que Jean Philippe Abadie, chef deux étoiles situé à Lorient afin d’approfondir ses connaissances.
Jimmy BIBRAC a pour devise « la force du goût vient de nos origines », il résume dans cette phrase : la richesse d’un patrimoine culturel immatériel que nous disposons et qu’il est important de transmettre et de le développer pour le plaisir de bien manger.

« C’est vrai qu’on utilise les plantes médicinales essentiellement en infusion, au lieu d’ajouter de l’eau, ou d’ajouter un peu trop de gras (au plat – ndlr) on va parfumer avec un thé à la citronnelle ou au basilic. Il faut savoir que ce sont également des anti-oxydants, donc on va adapter notre cuisine un peu comme un « alicament », c’est à dire associer l’alimentation et les plantes médicinales, pour ne pas manger pour manger mais manger aussi pour se sentir bien. »

Jimmy Bibrac pour « Agrodom » le magazine de la ruralité et de l’agrolimentaire